Augmentation de l’offre dans l’immobilier à Marrakech

immobilier de luxe a Marrakech

Le parc national des logements au Maroc est en baisse de production ou plutôt en absence de produits pour combler la forte demande. Nous faisons face à ce que l’on appelle un déficit. Pour combler ce déficit à l’horizon 2020 et satisfaire les besoins en termes de quantité et de qualité, les pouvoirs publics devront s’associer aux promoteurs du secteur de l’immobilier à Marrakech sur le site Mauresque Immobilier et d’ailleurs dans le Maroc, afin d’atteindre les objectifs fixés. Toutefois au vu des besoins et des exigences des différents groupes de cibles, les objectifs ne sont pas encore atteints. Il y a production de logements, mais pas en quantités suffisantes. Il serait intéressant de faire une comparaison entre la production en cours actuellement et celle souhaitée dans les différents segments. Pour le moment ce qui semble évident c’est que les logements à 140 000 dirhams poseront un véritable souci aux pouvoirs publics. Pour atteindre l’objectif fixé à l’horizon 2020, il faudrait produire 866 600 logements de ce type soit 173 000 logements produits par an jusqu’à l’échéance.

La production actuelle pour ces logements se chiffre à moins de 4 000 unités par an. Afin de faciliter l’atteinte des objectifs aux différents intervenants, le ministère de l’habitat a signé une convention avec l’UNPPI (Union nationale des petits promoteurs immobiliers), cette dernière s’engage à produire 130 000 unités annuellement. Il est vrai que cette convention est un atout pour les promoteurs immobiliers à Marrakech et au Maroc, mais ça en est surtout un pour les pouvoirs publics. Toutefois la convention ne fait pas disparaître les autres problèmes comme la cherté et la rareté des biens fonciers, la hausse permanente du prix des matériaux, le manque d’accompagnement des organismes de financement et des équipements publics, etc.

En ce qui concerne l’habitat économique et social, il est primordial de réduire le rythme de production pour coller à la demande. En effet pour atteindre les objectifs il faudrait produire en moyenne 58 700 logements par an jusqu’en 2020, pourtant la production actuelle tourne autour de 109 000 unités par an. Pour le logement de 250 000 dirhams qui connait une forte demande, les promoteurs de l’immobilier à Marrakech et au Maroc enregistrent une production moyenne de 52 400 par an au lieu des 27 900 unités nécessaires pour coller aux objectifs. Ils ont donc intérêt à réduire le nombre de ce type de logements. L’existence d’unités d’habitation pouvant répondre à la fois au besoin social et au besoin en économique ne facilite pas les choses, surtout qu’on en produit 517 000 unités par an. S’agissant des logements de moyen et de haut standing, il reste beaucoup à faire : une production annuelle de 38 300 unités par an.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*