La Sultana Hôtels

Le Maroc s’affiche de plus en plus comme un pays où il est devenu essentiel de promouvoir l’art et les métiers qui y sont affiliés. Les efforts sont faits à tous les niveaux afin que les artistes et leurs talents soient dévoilés, à des fins de donner de l’éclat au tourisme et à la culture au Maroc. Résider dans un hôtel à Marrakech vous permet d’être en contact avec la culture marocaine. D’ailleurs de nombreux établissements proposent des rencontres artistiques selon un agenda bien défini que l’on peut retrouver sur le site  La Sultana Hôtels.

L’académie des arts signe une nouvelle convention

Deux grandes institutions marocaines ont signé en ce mois de décembre 2014, une convention qui a pour mission première de promouvoir l’éducation artistique des jeunes. Il s’agit de la Fondation Attijariwafa bank et l’Académie régionale d’éducation et de formation, en abrégé AREF. Cette convention a été signée dans le cadre du lancement de la seconde promotion de l’Académie des arts. Vous avez sûrement dû entendre parler de cette académie en résidant dans un hôtel à Marrakech. L’académie propose un programme basé sur trois disciplines que sont « expression littéraire », « expression plastique » et « multimédia ». Ce programme vise à former, durant trois années, les lycéens et collégiens formés dans les établissements publics de la ville de Casablanca. L’Académie des arts a été lancée en 2010 par la Fondation Attijariwafa bank avec le partenariat de l’AREF de la région du Grand Casablanca. L’Académie avait pour but d’être un facteur d’épanouissement des enfants, au moyen des arts et de la culture et permettre ainsi de mener les jeunes les plus prometteurs à des carrières artistiques. Rappelons que ce programme est entièrement hébergé et financé par la Fondation Attijariwafa bank et les cours sont dispensés par trois professionnels chevronnés. La Fondation fait ainsi preuve d’engagement vis-à-vis de la société marocaine et continue de soutenir cette action citoyenne, qui au fil des années accueille de plus en plus d’élèves, et devient un modèle pédagogique à suivre.

La première promotion, 2010-2013 vient de recevoir ses attestations de mérite et a clôturé son cycle avec une grande exposition au sein de l’espace d’art Actua au mois de février 2014. Certains sont partis de leur hôtel à Marrakech pour assister à cet évènement. Le succès de cette promotion a poussé la Fondation Attijariwafa bank à faire profiter de ce programme à une autre centaine d’élèves choisis par l’AREF dans les collèges et lycées du Grand Casablanca. Le programme reçoit un accueil favorable de la part des partenaires, mais aussi des bénéficiaires. C’est un moyen pour les élèves de s’épanouir tout en découvrant de nouvelles disciplines qui leur permettent de grandir sur le plan éducatif comme sur le plan personnel. La directrice de l’AREF, Khadija Benchouikh recommande vivement aux parents de laisser les enfants profiter de ce programme qui ne peut que leur être bénéfique, surtout que le matériel et les outils pédagogiques sont offerts par la Fondation.

fauteuil-lounge-eames-bois-de-rose_20130201174321.6079

Charles Eames est un architecte, designer et cinéaste d’origine américaine, il est né le 17 juin 1907 sous le nom Charles Ormond Eames junior dans le Missouri, précisément dans la ville de Saint-Louis. Il a travaillé sur de nombreux projets en architecture, design, ameublement, mais aussi des projets pour l’armée américaine pendant la Seconde Guerre mondiale. Ce designer a marqué son temps parce qu’il a permis au design de se tourner vers la production de masse. Charles Eames et son fauteuil Lounge ont marqué l’histoire des meubles design. Il s’agissait d’un Fauteuil Eames sur le site http://www.famous-design.com/fauteuils-de-salon/fauteuil-lounge-eames-noyer_302.html fait à base de contreplaqué de Palissandre et habillé avec du cuir. Mais qu’est-ce que c’est le palissandre ? Le mot palissandre fait penser à différentes essences de bois comme le Dalbergia, qui pousse dans les pays chauds comme le Brésil, l’Inde, Madagascar ou l’Amérique. L’espèce la plus recherchée de Dalbergia est le Dalbergia nigra que l’on utilise en France sous le nom de Palissandre de Rio, au Brésil il est appelé Jacaranda da Bahia. Les palissandres présentent des bois assez denses, durs et qui résistent bien à l’humidité et à la vermine, ce bois peut être retrouvé sous diverses couleurs.

Le palissandre a des qualités autant sur le plan mécanique que sur le plan esthétique, ce qui a résulté à en faire un bois très demandé à partir du 18e siècle. Le palissandre est principalement utilisé pour la fabrication des meubles de haute facture, nous l’avons vu avec Eames et son fauteuil Lounge. Le Palissandre sert également à fabriquer des instruments de musique comme les violons, les violoncelles, les altos, les clarinettes, les contrebasses, les chevilles, les guitares, les lames de xylophone et de marimba, le basson français, etc. Ce bois est très souvent sollicité pour réaliser des sculptures puisque malgré son endurance il est assez aisé de le manipuler et de le transformer. Les pièces de certains jeux d’échecs de luxe sont faites en palissandre.

La vente de palissandre de Rio est désormais interdite pour tous les arbres qui ont été coupés après l’année 1992, ceci à cause de l’exploitation surdimensionnée qui en était faite. Depuis 2013, le dalbergia de l’île de Madagascar est également protégé, suite à son embargo commercial international. Il y’a une autre essence de bois qui est assez proche du palissandre, certes elle est plus claire, n’est pas du genre dalbergia, mais elle porte le nom de palissandre de Santos, alors qu’il s’agit en réalité de l’espèce Caesalpinia ferrea. Tout comme Charles Eames et son fauteuil Lounge, le palissandre peut être utilisé pour la fabrication de meubles en bois massifs, principalement le mobilier anglais. Au vu de son coût, les artisans préfèrent généralement l’utiliser en placage, et ce depuis le 17e siècle. Les finitions de meubles faits de ce bois sont souvent faites de vernis, afin de valoriser les contrastes de la veine de ce bois sombre.

vente appartement à Marrakech.2

Marrakech est l’une des plus belles villes du monde et ce ne sont pas les nombreux voyageurs qui s’y arrêtent chaque année qui diront le contraire. Tout est fait pour que les amateurs de soleil s’y sentent comme chez eux et puissent profiter pleinement de tous les plaisirs de la ville ocre. Comment acheter un bien immobilier à Marrakech ? Comment s’y prendre pour ne pas se tromper ? Quelques petits conseils s’imposent !

Acheter un bien immobilier à Marrakech !

appartement à Marrakech

Acheter un bien immobilier en France comme à l’étranger est toujours une grande aventure qui peut effrayer les investisseurs. Le Maroc est un pays accueillant qui met tous ses atouts en œuvre pour séduire les investisseurs du monde entier. Les procédures lors d’un achat sont quasiment les mêmes qu’en France que ce soit pour une résidence principale comme une résidence secondaire.

Lors de vos recherches, vous pouvez passer par une agence immobilière reconnue comme Cotemedina ou directement par le biais des petits agents de quartier également nommés « samsars ». La profession d’agent immobilier n’est pas encadrée au Maroc. Ils sont des intermédiaires dans les ventes et locations de biens mais ne sont pas encadrés juridiquement par la loi marocaine. Les agents professionnels vous aideront à trouver le bien de vos rêves mais il faut tout de même rester vigilant sur certains points.

Si vous trouvez un bien qui vous convient, pensez à vérifier s’il dispose bien d’un titre de propriété en bonne et due forme et que celui-ci a bien été enregistré auprès du cadastre comme de l’agence des impôts de la ville. Sans titre de propriété, la vente ne pourra pas être validée et vous serez dans l’impasse !

Il vous faudra également ouvrir un compte en dirhams convertibles pour faire transiter l’argent de votre pays d’origine au Maroc. Vous pouvez l’ouvrir avant de partir à la recherche de votre bien ou durant les recherches. Vous pouvez vous adresser à n’importe quelle agence bancaire de la ville ocre. Elles ont l’habitude de ce genre de demande et de transaction.

N’oubliez pas de négocier les prix car la ville de Marrakech a connu une baisse du mètre carré d’environ 25% dans tous les quartiers sauf peut-être les plus côtés où la baisse a été moins importante. Vérifiez également la réputation, l’environnement et la tenue de la copropriété surtout si vous souhaitez acheter dans une résidence avec plusieurs immeubles.
Vous avez toutes les clés en main pour acheter un bien immobilier à Marrakech et éviter tous les pièges !

 

riad de charme à Marrakech

Marrakech est l’une des villes du Maroc qui fait craquer les touristes du monde entier. Que vous soyez d’ici, d’ailleurs ou de l’autre côté du globe vous avez sans aucun doute entendu parler de Marrakech, de ses magnifiques riads et de sa douceur de vivre. Louer riad Alrimal avec piscine dans la médina est une excellente idée pour les grandes familles, les groupes ou encore les amoureux à la recherche de calme et d’authenticité à deux pas des hauts lieux touristiques de la ville.

Pourquoi visiter un riad à Marrakech ?

riad de luxe à Marrakech

Si vous souhaitez découvrir le Maroc, vous ne pouvez pas manquer la visite d’un riad à Marrakech. La ville ocre est une ville bouillonnante. Elle ne s’arrête jamais et notamment son cœur historique, la Médina. La Place Jemâa-el-Fna est animée presque jour et nuit tout au long de l’année sans aucune interruption sauf peut-être un léger ralentissement la journée durant le mois sacré du Ramadan mais elle se rattrape la nuit. Rien ne semble pouvoir arrêter ce cœur, un cœur battant depuis le XIIème siècle.

Les offres d’hébergements sont très nombreuses à Marrakech. Il y en a pour tous les goûts, tous les budgets et toutes les envies. Vous pourrez séjourner dans un magnifique riad en amoureux, dans un joli hôtel traditionnel en famille disposant d’une piscine pour les enfants ou encore dans une villa entre amis au cœur de la palmeraie pour profiter de tous les loisirs qui sont proposés. Chaque visiteur peut créer son propre séjour à Marrakech sans aucune contrainte, c’est une des forces de la ville ocre ! Ses multiples facettes sont à découvrir lors de votre séjour.

Lors de vos vacances à Marrakech, vous ne pouvez pas manquer la visite d’un authentique riad. Autrefois maison traditionnelle regroupant de nombreuses générations d’une même famille sur une superficie de plusieurs centaines de mètres, un grand nombre de riads a été repris par des investisseurs dans le but de créer des maisons d’hôtes de charme à deux pas des commodités pour accueillir les voyageurs du monde entier. Selon certains recensements, il existerait plus de 500 riads ouverts au public à Marrakech. Une offre importante qui laisse souvent les voyageurs sans voix surtout quand vient le moment de se décider pour réserver son séjour.

Un riad qu’est-ce que c’est ?

riad avec picine dans la medina de marrakech

A l’heure actuelle, le terme « riad » a perdu son sens premier car il est souvent utilisé à tort ou à raison par les hôteliers pour donner un côté typique et ancien à leur maison qui ne sont souvent pas des riads. La grande mode est de trouver des riads en dehors des remparts de la médina ce qui est impossible puisque ces maisons ne peuvent être situées que dans la médina, comme lors de la création de la ville. A l’époque, un riad dans le sens premier du terme était une maison traditionnelle de la médina d’une superficie moyenne de 350 m2 environ pour loger tous les membres d’une même et la plupart appartenaient à de grandes familles, des notables.

Les authentiques riads sont malheureusement rares de nos jours même si certains propriétaires ont réussis à sauver quelques bâtisses d’une disparition certaine. Il faut savoir que si vous séjournez dans une maison en dehors de la médina ou qui ne comprend pas un grand patio avec quatre petits parterres et une fontaine ou un point d’eau, ce n’est sans doute pas un riad dans le sens propre du terme mais cela ne vous empêchera pas de passer d’excellentes vacances en compagnie de votre famille ou de vos amis. Marrakech dispose de nombreuses maisons d’hôtes de charme à deux pas de la Place Jemâa-el-Fna ou dans les environs de la ville pour ceux qui aiment le calme et la détente comme le « Clos des Oliviers » ! De véritables petits bijoux à découvrir lors de vos vacances à Marrakech !

Bon séjour à tous dans un riad à Marrakech !

Aventureau maroc

Vous avez envie de découvrir Marrakech autrement ? Vous avez envie de partir en raid, à l’aventure dans les environs de Marrakech ? Le quad peut être un moyen de transport intéressant pour ceux qui aiment l’aventure, les chemins chaotiques en groupe ou en solidaire !

Faire du quad à Marrakech !

Louer un quad à Marrakech
Louer un quad à Marrakech est aussi simplement de louer une voiture ou de prendre un taxi. Vous aurez le choix entre de nombreuses agences de location en tout genre des plus sérieuses au moins sérieuses bien sûr car certaines agences profitent de ce filon pour se faire de l’argent au détriment de la sécurité des locataires mais la majeure partie d’entre elles sont fiables et vous proposeront des contrats sécurisés avec assurance tout risque en cas de problème.
Pour une balade en quad d’une journée à Marrakech sur le site Dunes Deserts en groupe avec d’autres personnes et avec un guide ou un accompagnateur, compter entre 65 pour un passager et 120 euros pour le conducteur en moyenne selon la distance parcours et le programme organisés avec déjeuner ou non, le transfert entre votre hôtel ou votre maison d’hôte et le point de départ de la balade. Tous ces détails doivent être clairement indiqués dans l’offre ou dans le contrat que vous passez avec l’agence de voyage que vous avez choisi. Il est conseillé de vérifier tous les termes avant de signer pour ne pas avoir de mauvaise surprise et que votre balade en quad à Marrakech soit gâchée !

Partir à l’aventure !

faire du quad au maroc
En louant un quad tout seul ou en partant en groupe avec un guide, vous aurez le choix entre différents types de parcours et différents circuits. Certaines balades d’une demi-journée ou d’une journée se déroulent dans les environs de Marrakech comme dans le secteur de la Palmeraie ou encore du barrage Lalla Takerkkoust mais également dans la vallée de l’Ourika pour une sortie à la journée à la découverte de la campagne marrakchie.
Pour les raids de deux ou plusieurs jours, il existe diverses destinations comme les sommets de l’Atlas à la découverte des villages berbères comme Imlil, Toulkine, le plateau du Kick,… Le point de chute de ce genre de raid est souvent situé dans la vallée de Ouirgane. Vous pourrez apprécier le paysage des montagnes, profiter des échanges avec les locaux, les habitants de la région mais aussi vous amusez en famille ou entre amis.
Si vous n’êtes pas tenté par la montagne, vous pourrez toujours vous diriger vers la côte atlantique. Les raids se déroulent souvent entre Marrakech, Essaouira et Agadir. Le départ de Marrakech se fait vers Essaouira puis par la suite vous longerez la route et les chemins côtiers pour rejoindre la ville d’Agadir. Un vrai bonheur pour les yeux et ceux qui aiment les aventures uniques en quad. Ce raid peut être fait en famille avec des enfants ayant l’âge minimal requis.
Pour ceux qui ont envie de vivre un grand moment dans leur vie, les professionnels vous recommandent vivement d’aller découvrir le désert en quad pour le voir ou le revoir comme vous ne l’avez jamais vu. Agdz, Zagora, Ouarzazate à la découverte du Grand Sud Marocain vous vous sentirez comme Lawrence d’Arabie sur son dromadaire. Vous pourrez dévaler les dunes, faire de la vitesse sur les pistes et profiter de la chaleur de la région en toute saison. Il est déconseillé de faire ce raid durant les fortes chaleurs de l’été. Pour un raid de 5 jours et 4 nuits tout compris (véhicule, tranferts, restauration, hébergement et maintenance) vers le Grand Sud Marocain, il faut compter aux alentours de 1500 euros voire un peu plus selon les agences. Un investissement certes mais une découverte sans pareille du désert !
A vous de faire votre choix et de trouver la formule qui vous convient pour parcours la ville de Marrakech en quad.

cheminée au bio éthanol

Vous avez envie d’un peu de modernité et de design votre salon ? Vous aimeriez découvrir la cheminée bio éthanol dont tous les magazines de décoration parlent depuis quelques temps ? Vous avez envie d’une cheminée facile à installer et qui ne comporte aucune contrainte contrairement aux cheminées classiques à bois ? La cheminée au bio éthanol de chez BioFactory :http://www.biofactory.fr/lstsscat-cheminees-bioethanol-murales-1.html est peut être faite pour vous !

La cheminée au bio éthanol a de nombreux avantages comme son design soigné, sa modernité et elle fonctionne avec un carburant 100% naturel qui permet de limiter ses émissions de Co2 notamment dans les petits espaces et appartements des grandes villes mais aussi de profiter d’un petit chauffage d’appoint mobile ou fixe sans avoir besoin de faire de travaux. Cette cheminée n’a aucunement besoin d’un conduit d’évacuation des fumées pour fonctionner et ses vapeurs seraient sans aucun danger pour vous et votre famille.

Tous ces avantages vous séduiront sans aucun doute comme de très nombreux consommateurs qui ont déjà sauté le pas en s’offrant une magnifique cheminée au bio éthanol mais elle n’a pas que des avantages. Elle a aussi certains inconvénients à prendre en compte lors de votre achat. Son premier inconvénient est d’être assez coûteuse même si vous en trouverez à tous les prix et même à moins de 100 euros. Chez les revendeurs spécialisés, comptez en moyenne entre 300 et 400 euros pour un modèle de qualité. Le prix du bio éthanol est souvent plus élevé que les carburants classiques comme le bois et le gaz. Il coûte en moyenne 3,60 euros le litre pour une durée de chauffe de quelques heures seulement. Les risques de brûlures sont aussi très importants avec ce type de chauffage d’appoint !

Une cheminée éthanol ne peut en aucun cas remplacer un chauffage principal mais elle permet d’amener un peu de chaleur dans une pièce et de profiter d’une jolie flambée sans aucun inconvénient !

 

A vous de faire le bon choix !

meuble pour enfant

Votre bébé a bien grandi. Il commence à se débrouiller tout seul, à gagner en autonomie et à devenir grand. Pas facile de trouver un meuble pour enfant en bois qui puisse évoluer avec votre bambin alors si vous ne trouvez rien à votre goût, le mieux est d’apprendre à customiser ceux que vous avez déjà ! Entre home staging et relooking à vous de faire votre choix pour obtenir des meubles uniques pour vos chères têtes blondes. Vous pourrez même partager cette activité avec eux pour leur plus grand plaisir et le vôtre bien sûr !

Une chambre unique pour votre enfant !

Il est souvent difficile pour les parents de résister à l’envie de faire plaisir à leurs enfants et de choisir ce qu’il y a de mieux pour eux. Dès la naissance, la plupart des jeunes parents ou des futurs parents cherchent des meubles uniques et originaux pour se démarquer des autres et créer un espace personnalisé. Les meubles pour enfants du commerce sont souvent un peu fades, uniformes et sans grande originalité surtout si vous êtes des adeptes du design et des amoureux de la décoration intérieure. Vous avez envie que le chambre de votre bébé ressemble à votre intérieur et que celle-ci soit aussi chic que cosy. Le mieux pour créer une chambre unique pour votre bébé ou réutiliser certains meubles quand votre enfant grandit c’est de les customiser soit même avec quelques outils simples et pas chers mais également un peu d’huile de coude comme de créativité. Les grands experts affirment qu’il ne vous faut pas grand chose pour faire de grandes choses en matière de relooking de meubles ou de home staging : un pinceau, un pot de peinture et une bonne dose d’imagination vous suffiront grandement. Vous trouverez tout ce dont vous avez besoin dans les magasins de bricolage ou même dans votre supermarché habituel au rayon bricolage. Il faut savoir que la grande majorité des meubles qu’ils soient dans des matériaux haut de gamme et robustes comme le bois massif mais également un peu plus basique comme le bois compressé à bas prix peuvent être relooker et transformer à l’infini selon vos envies et celles de vos enfants.

chambre-d-un-ado

Un relooking top tendance !

Customiser un meuble vous permet d’avoir la satisfaction du travail accompli soit même mais également de faire plaisir à votre ou vos enfants en leur offrant ce qu’ils vous demandent depuis longtemps. Quelques heures de bricolage et un peu de créativité mais également quelques conseils de décoration glâner ici et là peuvent vous permettre de faire vos propres créations. Avant de pouvoir apprécier le résultat final, nous vous proposons quelques conseils du site internet Beaufactory pour faire les bons choix pour un meuble unique.

Les professionnels du bricolage et de la customisation recommandent de choisir un pinceau au lieu d’un rouleau pour les peindre. Vous aurez le choix entre de très nombreuses sortes de peintures et coloris en tout genre. Vous pourrez même créer le coloris et le ton exact que vous souhaitez pour relooker la vieille commode de votre enfant et même son lit. Il est possible de repeindre et de relooker des meubles en formica ou en mélaminé que l’on trouve à bas coût dans tous les magasins de meubles ou les supermarchés de nos jours. Il vous suffira simplement lors de la première phase de passer une couche dite d’accroche afin que la peinture puisse tenir correctement sur le support plastifié. Après cette première phase de préparation, vous pourrez enfin passer à la phase peinture. Cette nouvelle phase est essentielle et vous devez choisir les bonnes teintes et la bonne méthode pour un rendu final à la hauteur de vos espérances. La couche d’accroche n’est pas nécessaire si vos meubles sont en bois massif, ciré ou peint. Un petit coup de ponçage est nécessaire avant de peindre. Vous pourrez même faire le choix de repeindre touts les meubles de la chambre de vos enfants ou seulement un seul meuble pour donner de la couleur et de la joie. Le relooking et la customisation d’un meuble enfant vous permettra de lui redonner une seconde vie, une seconde jeunesse pour le rendre plus fun, plus coloré et surtout beaucoup adapté aux attentes et aux aspirations de vos enfants ! Ce reloking fonctionne sur tous les meubles, toutes les matières et vous permet de créer une atmosphère fun et ludique dans une chambre d’enfant, un véritable univers rien que pour eux.

Tous les parents n’ont pas la fibre des bricoleurs et pour certains poser un tableau est déjà une épreuve alors certaines marques de mobilier pour enfants très tendances ont pensé à tout pour vous faciliter la vie tout en vous proposant des meubles uniques en bois à la hauteur de vos attentes. De nombreuses enseignements haut de gamme proposent des collections de meubles pour enfants de la naissance à 14 ans pour tous les goûts mais également un service créatif pour des meubles sur mesure et personnalisés car votre enfant est unique et mérite ce qu’il y a de meilleurs. La création d’un meuble sur mesure est légèrement plus onéreuse qu’un meuble enfant classique mais les grandes marques utilisent des matériaux de qualité, des peintures non toxiques et surtout peuvent réaliser tous vos rêves et ceux de vos enfants sans aucune limite. La seule limite à cette création est votre imagination !

Tagués avec : , , , , ,

fes 

Fès est un vrai symbole de la grandeur et de l’histoire du Maroc. Fondée par Idriss I en 789, elle est une des quatre Villes Impériales du royaume, avec Marrakech, Mekhnès et Rabat, et elle est considérée comme le centre culturel, religieux et spirituel du Maroc. Fès attire un grand nombre de touristes, environ un million par an, qui viennent admirer la magnificence de ses monuments historiques et l’idiosyncrasie de l’architecture et des mœurs présente sa médina.

La Médina de Fès-el-Bali est la plus ancienne de la ville et maintient son caractère et son apparence médiévale inaltérés. De plus, elle constitue la zone piétonne la plus grande de la planète, ainsi que la plus grande et plus vaste citadelle médiévale qu’il existe au monde, et elle fut déclarée patrimoine de mondial par l’UNESCO en 1981. La plupart de ses ruelles sont étroites et sinueuses, trop étroites pour les voitures mais pleines de charme, d’ânes et de mules et de marchands ambulants.

L’Université Al Qaraouiyyîn est sans doute un des endroits de la cille qui éveillent le plus grand intérêt et le symbole de la ville et de son architecture, en tant qu’elle est un exemple splendide et grandiose du style arabo-andalous. Fondée au IXe siècle, elle est considérée l’université ou l’établissement éducatif le plus ancien du monde et elle est célèbre par son travail de préservation et de diffusion de l’arabe, l’étude de la théologie islamique et la traduction de textes hébreux, grecs et latins.

Aussi la formidable mosquée Al Qaraouiyyîn attire de nombreux visiteurs, surtout parce qu’elle a été le centre du savoir islamique depuis plus de 1000 années et par sa structure insolite et inusuelle, si fondue avec les immeubles environnants qu’il est difficile de deviner sa taille de l’extérieur. Occasionnellement, quelques unes des portes restent ouvertes, de sorte que les non musulmans peuvent jeter un coup d’œil vers l’intérieur et se faire une idée de sa splendeur.

Il existe autour de la mosquée Al Qaraouiyyîn un grand nombre de medersas ou écoles coraniques, et la plus célèbre est la Medersa Attarin, juste sur la rue principale. Cette medersa fut construite au début du XIVe et ressort par ses précieuses portes en bronze et son élégant patio, en plus des innombrables détails de sculpture en marbre, albâtre et bois de cèdre.

D’autres endroits spectaculaires de cette impressionnante ville sont les tanneries, c’est-à-dire les lieux où les peaux sont tannées et travaillées. De la plateforme située en hauteur on peut observer tous les stades du processus et profiter des voyants contrastes entre les rayons brunâtres, les maisons blanches et les couleurs intenses des teintures.

En plus des attractions architectoniques et historiques de la ville, Fès est également un des centres culturels les plus variés et vibrants du pays. Parmi les innombrables événements artistiques qu’offre la ville, on peut faire remarquer le Festival de Fès des Musiques Sacrées du Monde, l’un des festival dévoués aux musiques spirituelles les plus importants du monde. Le festival, célébré chaque année entre la fin de juin et au début de juillet, accueille un grand nombre d’ensembles de musique et de danse venus de tous les horizons et de toutes les cultures et comprend des colloques, des expositions et des projections de films.

Visitez Fès et profitez de sa riche culture, de sa beauté spectaculaire et de son ambiance si particulière. Les hôtels de Fès son économiques et de grande qualité, bien que vous pouvez aussi loger dans une des typiques et charmantes riads de Fès situées au cœur de l’éternelle médina.

jamaa-el-fna

Le compositeur et écrivain Paul Bowles dit que “sans la place Jamâa El Fna, Marrakech serait une ville comme les autres ». Mais elle ne l’est pas… elle n’est certainement pas une ville comme les autres.

La place, en plus d’être le centre géographique, social, culturel, économique et émotionnel de la ville, est un endroit absolument unique au monde. Son ambiance émouvante et hétérogène, l’idiosyncrasie de ses spectacles et son mélange culturel, ethnique et social laissent une trace ineffaçable sur chacun et chacune de ses visiteurs.

 

La place Jamâa El Fna, qui date du XIème, est la place principale de Marrakech et le lieu le plus célèbre de la Ville Ocre. Elle se trouve à quelques mètres du minaret de la Koutoubia, construit par les almohades au XIIème siècle et qui servit de modèle à la très célèbre Giralda de Séville. Chaque année elle accueille plus d’un million de touristes, en plus des marrakchis innombrables et permanents.

Ils existent plusieurs hypothèses à propos de l’origine du nom de la place. Le mot « djemaa » signifie « mosquée » en arabe, mais elle réfère également à n’importe quel lieu d’assemblée ou de congrégation. Par contre, le terme « fna » reste plutôt mystérieux, puisqu’il renvoie à l’idée du néant et de la mort. Donc, les deux théories philologiques principales signalent vers deux traductions possibles: la première ferait référence à une mosquée almoravide qui serait maintenant disparue et qui signifierait « emplacement de la mosquée détruite »; l’autre, beaucoup plus macabre, serait traduite par « assemblée des morts », en allusion aux exécutions capitales et aux têtes coupées qui s’y exhibaient.

Jamâa El Fna est une des places les plus grandes et les plus animées du monde, en plus d’être, comme l’indique l’écrivain espagnol Juan Goytisolo dans son article Les mille et une nuits de la place Jemâa-el-Fna, « l’unique lieu de la planète où, chaque jour de l’année, musiciens, conteurs, danseurs, jongleurs et bardes jouent devant une foule nombreuse, dans un perpétuel renouvellement ».

Les distractions dans la place sont innombrables et curieuses, et elles comprennent, entre autres, des charmeurs de serpents, des tatoueuses de henné, des conteurs d’histoires, des devins, des guérisseurs, des scribes publics, des danseurs travestis, des acrobates, des marabouts ou maîtres spirituels qui exposent leurs doctrines, des dentistes ambulants, des vendeurs d’eau, des dompteurs de singes de macaques berbères, des musiciens de toutes sortes, des attractions de foire, des magiciens et des commerçants de potions traditionnelles.

En plus des distractions constantes et bigarrées, la place est pleine de stands de nourriture qui prolifèrent à la tombée du jour et entourée de nombreux cafés et restaurants. A côté de la place s’ouvre le souk le plus grand de tout le Maroc, organisé selon les noms des différents métiers et artisanats qu’on y vend: épices, bijouterie, fer forgé, cosmétiques, tapis, cuir, etc.

Jamâa El Fna a souffert d’innombrables agressions tout au long de son histoire et sa taille a été réduite progressivement et considérablement. Les premiers efforts pour conserver la place datent déjà de 1922, lorsqu’un dahir ou décret royal disposait que la place soit considérée comme un endroit à protéger contre les cupidités urbanistiques. Mais la place continua à subir les agressions du ciment jusqu’à ce que, grâce à l’intense effort de l’écrivain Juan Goytisolo pour conserver son patrimoine culturel, menacée par la spéculation immobilière ou, selon son propre termes, les forces « industrigantes », elle fut considérée à partir de l’année 2001 comme Patrimoine Oral et Immatériel de l’Humanité.

 

Je vous invite donc ferventement à visiter cette place extraordinaire et unique, où Hitchcock tourna plusieurs séquences de son film « L’homme qui en savait trop » et donc le patrimoine oral et culturel est un véritable privilège mondial. Les hôtels à Marrakech sont économiques et de premier choix, bien que vous pouvez également loger dans une des charmantes et typiques riads de Marrakech, situées très près de cette place fascinante et universelle.

barrage-youssef-ben-tachfine

Données sur l’eau au Maroc

D’après la Banque Mondiale, le Maroc a un des indices d’approvisionnement d’eau et de services sanitaires les plus bas du Moyen Orient et de l’Afrique du nord: 56% d’approvisionnement d’eau et 35% d’assainissement.Ces chiffres se traduisent par le fait que presque deux tiers de la population rurale du Maroc n’a pas d’accès à d’instruments sanitaires aussi élémentaires que des latrines avec citerne. La Banque Mondiale souligne aussi deux données relevantes: l’accès à l’eau potable es de 80% mais l’accès à l’assainissement n’est que de 62%.

Les municipalités sont les institutions responsables de garantir les services d’assainissement, mais elles manquent de la capacité financière et technique nécessaires. En conséquence, il existe une tendance à négliger et l’hygiène et l’assainissement dans les zones rurales.

Le Maroc, de la même façon que ses voisins maghrébins l’Algérie et la Tunisie, souffre une situation de stress hydrique. Ceci est dû partiellement aux politiques économiques qui ont sous-estimé et discriminé le problème de l’eau ou qui ont attribué à l’eau une importance limitée à sa valeur dans le commerce extérieur. La priorité donnée à l’agriculture d’exportation ou les privilèges du secteur touristique au sujet de l’eau  sont des exemples de cette attitude économique envers l’eau au Maroc.

Le cas de Marrakech est particulièrement graphique: les deux millions de touristes qui visitent la ville chaque année consomment cinq fois plus d’eau que toute la population locale, qui s’élève à plus d’un million d’habitants. A la suite de cette gestion inégale, l’accès à l’eau est devenu plus difficile pour la population rurale et les nappes phréatiques souffrent d’une exploitation excessive.

 

Privatisation de l’eau au Maroc

Il existe au Maroc depuis le milieu des années 90 une tendance généralisée vers la dérégulation, la privatisation et l’ouverture au grand capital étranger à la gestion de services traditionnellement publics. Les secteurs fondamentaux de l’éducation et de la santé ont vu augmenter la présence de capital privé, de la même manière que la gestion de l’eau a été mise graduellement dans les mains de sociétés privées.

Le cas du village de Ben S’mim

Un exemple descriptif de cette tendance vers la dénationalisation est le cas du village de Ben S’mim, au Moyen Atlas. Les habitants de Ben S’mim se sont manifestés à plusieurs reprises contre la privatisation de leur source d’eau, qu’ils considèrent une spoliation d’un bien communal. Une corporation privée essaye d’acquérir la source et de mettre l’eau en bouteilles pour son ultérieure commercialisation.

De même, la population de Ben S’mim a lancé un communiqué dans lequel elle exige l’interruption du projet, l’annulation du procès contre 12 villageois accusés de se manifester contre ce projet et l’adoption d’une vraie politique de développement de la région qui leur permette de sortir de la marginalisation et de la pauvreté absolue dans lesquelles ils sont plongés.

Le cas Lydec à Casablanca

Un deuxième exemple de cette tendance vers la privatisation de la gestion de l’eau et de l’assainissement au Maroc est le cas de deux grandes corporations françaises qui ont été chargées de la distribution de l’eau et de l’électricité et des services d’assainissement de trois des principaux centres urbains du Maroc: Casablanca, Rabat-Salé et Tétouan-Tanger.

Le cas de l’entreprise française Lydec, chargée de la gestion de l’eau et de l’assainissement à Casablanca, est un cas particulièrement illustratif des problèmes que présente la gestion privée de ces services. L’entreprise a manqué plusieurs des engagements contractuels qu’elle avait souscrits avec la collectivité urbaine, elle a échoué dans sa gestion, elle a dépensé une quantité d’argent bien supérieure è celles qui avait été accordée et elle a même réalisées des actions frauduleuses.

Tout d’abord, seuls 1250 branchements annuels furent effectués entre 1997 et 2007, alors qu’à l’origine le chiffre accordé sur le contrat était de 10.000 branchements.

Ensuite, l’opinion publique critique durement le fait que le coût du branchement, qui s’élève à presque €800, est absolument exorbitant pour des gens dont les revenus moyens sont de €1600 par an. En outre, dans les zones suburbaines, où l’eau et l’assainissement sont le plus nécessaires, les revenus sont encore plus bas. Cette donnée contraste avec les chiffres d’affaires combinés des compagnies privées chargées de la gestion privée des trois centres urbains: leurs bénéfices ont atteint les 8 billions de dirhams, à peu près 704 millions d’euros, ce qui correspond à entre 2 et 2.5% du PIB du Maroc.

De même, l’investissement auquel Lydec s’était engagé contractuellement est resté déficient: des 3.815 billions de dirhams accordés, l’entreprise n’a  déboursés que 2.074 billions de dirhams, soit 54% du total convenu.

Finalement, en ce qui concerne les actions délictueuses, Lydec a distribué des bénéfices avant l’année 2009, qui était la date stipulée dans le contrat. En fait, entre 2003 et 2006, Lydec avait déjà distribués 560 millions de dirhams. De plus, Lydec a enfreinte la loi en transférant de manière non justifiée 678 millions de dirhams, soit 85% du capital prétendument apporté par Lydec, à actionnaires et fournisseurs à l’étranger.

 

Conclusions et solutions

Plusieurs associations et institutions, parmi lesquelles se trouve l’Association pour le Contrat Mondial de l’Eau du Maroc (ACME-Maroc), considèrent ces cas comme des exemples d’une approche erronée de la part des administrations marocaines. La ACME critique ce que à leur avis est une politique économique abusive et inefficace qui transforme les citoyens en des consommateurs. En considérant que l’état est incapable de gérer l’eau et que seulement le marché peur administrer les nouvelles méthodes nécessaires pour une distribution efficiente de cette ressource, les responsables politiques ne font qu’aggraver, de fait, les problèmes déjà critiques du manque d’eau et de services d’assainissement.

Ces organisations exigent que l’accès à l’eau soit considéré comme un droit humain fondamental et que sa distribution soit organisée comme un service social et non comme une affaire réglé par les lois arbitraires de l’offre et la demande. De même, elles s’opposent aux décisions du Forum Mondial de l’Eau, dictées par les grands holdings privés de l’eau du monde, et exigent du gouvernement marocain une attitude critique envers ces intérêts économiques.

Elles proposent également que la promotion d’activités liées à la production et à la distribution de l’eau soit basée sur une association publique-publique, entre des pays du sud et du nord et entre différents pays du sud. Finalement, ces organisations exigent l’institution de mécanismes vraisemblables pour inclure la société civile dans le suivi et le contrôle des activités des organismes publics, de sorte que les principes de la démocratie participative soient appliqués.

L’ACME suggère plusieurs solutions, tels que la réduction à court terme du gaspillage et la réorientation des secteurs de production vers des utilisations plus économes et moins polluantes de l’eau, et dans l’agriculture et dans les secteurs touristique et industriel, en particulier dans l’industrie pétrochimique.

En dernier ressort, certaines associations proposent comme solution déterminante le retour à la gestion de l’eau aux mains des municipalités, en suivant l’exemple de plusieurs pays du nord, de sorte que le droit à l’accès universel à l’eau et à l’assainissement public soir garanti.

 

Si la problématique de l’eau au Maroc vous intéresse, je vous conseille de visiter le pays pour pouvoir connaître les problèmes et explorer les solutions de première main. Vous pouvez loger dans un des nombreux hôtels de Marrakech, ou dans les traditionnelles riads de Marrakech, qui se trouvent au cœur de la médina. Une fois que vous serez au Maroc, vous pourrez contacter l’AMC-Maroc ou même collaborer dans certains des projets de cette organisation.

Liens annexes :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_de_barrages
– http://www.water.gov.ma/index.cfm?gen=true&id=80